L’académie itinérante d’orgue en vallée de Seine normande utilisera 6 instruments des villes suivantes:

Vernon

Buffet de l’époque Louis XIII (début 17ème), un panneau représentant Sainte-Cécile est placé juste au-dessus de la console. De même époque, treize cartouches constituent la balustrade de la tribune : au centre, le Roi David jouant de la harpe, entouré de chaque coté de deux anges musiciens, puis sur la gauche des allégories féminines symbolisant l’Église de la Nouvelle Alliance et les trois vertus théologales (foi, espérance, charité) et à droite les quatre vertus cardinales (prudence, justice, force et tempérance).
Il est permis de penser que l’orgue a été construit par Jean Ourry, « facteur d’orgues à Vernon-sur-Seine ». Au 18ème siècle l’instrument subit des modifications et traverse la période révolutionnaire sans trop de dommages. Damien, facteur d’orgues au Goulet, près Gaillon, entreprend une restauration et des modifications en 1864. Après guerre, suite aux bombardements de 1940 et de la libération, la maison Pleyel effectue un relevage complet, mais en 1970 l’orgue est injouable. C’est en 1979 qu’ Alfred Kern de Strasbourg achève une restauration complète respectueuse de sa facture d’origine.

Orgue de tribune CavailléColl Collégiale Notre-Dame du Grand Andely

Le grand Andely

C’est en 1573 que furent élevés la tribune, le buffet et l’orgue de Nicolas Dabenet. Entre 1761 et 1764 l’orgue est remis au goût du jour par Jean-Baptiste Nicolas Lefebvre, célèbre organier rouennais. Au XIXème les travaux du porche de l’église obligent à démonter totalement l’instrument (1862). Ce n’est que trente ans plus tard que le Conseil de fabrique confie à Aristide Cavaillé-Coll la reconstruction d’un orgue neuf dans le buffet historique. Inauguré en 1892 l’orgue n’a pas pratiquement pas été modifiée depuis, à l’exception d’une restauration malheureuse de la maison Pleyel en 1950 qui a fragilisé l’instrument. Aujourd’hui l’instrument est entretenu par Denis Lacorre (DFLO), facteur nantais.

Le Petit Andely

L’église du Petit-Andely disposait déjà d’un orgue au XIVe siècle ; mais c’est en 1793 qu’elle accueillit l’instrument de l’Abbaye du Trésor-Notre-Dame d’Ecos (village proche des Andelys) que l’on peut admirer aujourd’hui. Il fut transféré avec sa tribune par le facteur Huet. Une inscription cachée dans le sommier atteste que c’est en 1674 que cet instrument fut construit par Philippe Quesnel, apprenti de Robert Ingout, facteur d’orgue héritier direct de l’école rouennaise. La même année le frère de Quesnel se chargea d’édifier le buffet. Monument Historique depuis1955, la partie instrumentale de cet orgue représente un des ensembles les mieux conservés de la facture normande du XVIIe siècle. Les deux restaurations du XXe siècle (Reinburg en 1926 et Gonzalez en 1968) ont altéré l’état d’origine. Une souscription pour une restauration scrupuleuse est lancée.

Orgue de l'Eglise Saint Sauveur des Andelys
Orgue de la Collégiale Notre-Dame des Arts de Pont de l'Arche

Pont de l’Arche

Orgues données par le roi Henri IV à cette église, construites par Jean OURY sous la conduite de Crespin CARLIER de 1608 à 1614, modifiées par Stolz Frères, facteurs à Paris, à la fin du XIXème. Buffet Louis XIII classé, instrument classé. Traction mécanique, 2 claviers, 14 jeux anciens, 6 jeux modernes (19ème).

Aubevoye

Cet orgue a été construit par Ernest Bouillou de Rouen à la fin du XIXème siècle dernier, grâce à une souscription. Un clavier de 56 notes et un pédalier de 30 marches. 7 jeux.

Orgue de l'Eglise Saint Georges d'Aubevoye
Orgue de choeur de Notre-Dame de Louviers

et Louviers
(orgue de chœur).

L’instrument a été construit en 1892 par la Maison Edouard et John Abbey. Deux claviers manuels de 56 notes et pédalier de 30 marches. 13 jeux.